Bliss : la réalité virtuelle pour oublier la douleur

bliss_72.jpg

Le premier monde onirique en 3D créé par L’Effet Papillon pour le système de réalité virtuelle Bliss.

Creative Commons Licence L’Effet Papillon

Une petite startup française décide de s'emparer de la réalité virtuelle pour réduire la douleur et améliorer la qualité de vie des patients hospitalisés, atteints de cancer. Quand les nouvelles technologies se mettent au service des malades.

« Le moral peut compter pour 50 % de la guérison ! Entre septembre 2007 et avril 2009, j'ai accompagné mon compagnon atteint de la leucémie. Toutes nos conversations tournaient autour des effets secondaires de son traitement, de son manque d'appétit et de sa déprime. De plus, le fait d'être en chambre stérile n'a rien arrangé et a même accentué son sentiment d'isolement », raconte Mélanie Peron, fondatrice de l'Effet Papillon.

C'est à la suite de cet événement douloureux que Mélanie Peron a créé en 2011 cette petite SARL, qui a accompagné plus de 2 500 personnes depuis sa création avec des « thérapies » nouvelles : soit à travers les Echappées Contées et Chantées où des musiciens et des conteurs se déplacent à l’hôpital, soit par des soins de support tels que la sophrologie ou des séances de socio-esthétique où les malades réapprennent à aimer leurs corps meurtris… Et enfin Bliss, qui propose une solution inédite : des histoires et des univers qui dépaysent via la réalité virtuelle !

Première phase de tests : la réalité virtuelle aide à réduire la douleur

L'idée de Bliss est de permettre aux patients et à leurs proches d'oublier, même pour un court instant, la maladie, grâce à la réalité virtuelle qui les immerge littéralement dans un monde doux et onirique. Dès 2011, Mélanie Peron créé un prototype avec l'aide des étudiants ingénieurs des écoles ESIEA et ESCIN et de l'entreprise Enozone, spécialiste de la 3D. Le projet est très vite soutenu par le Dr Stéphane Bouchard, psychologue québécois, pionnier dans l'utilisation médicale de la réalité virtuelle. L'objet Bliss est une application 3D interactive installée sur un smartphone Samsung, connectée à un casque GearVR. Le constructeur coréen est d'ailleurs partenaire sur ce projet avec la mise à disposition du matériel. « Cette solution offre une expérience de réalité virtuelle de qualité, ergonomique, et à un prix abordable. Par la suite, nous développerons Bliss pour les autres systèmes d'exploitation », explique Mélanie Peron.

Une fois, le prototype finalisé, Bliss est testé par une quinzaine de patients atteints de cancer à la clinique Victor-Hugo du Mans. L'étude est menée par les Dr Katell Le Du et Hughes Bourgeois, « caution » médicale de Bliss. Les premiers résultats sont encourageants. Bliss réduirait sensiblement la douleur et l'anxiété, comme en témoigne cette patiente : « Le fait de se plonger dans un autre univers occupe le cerveau à autre chose. On oublie les choses désagréables. Notre esprit ne se focalise plus sur la douleur », confie Sandrine L., atteinte d'un cancer. Lors de cette expérimentation, cette solution est même testée sur une autre patiente volontaire, subissant une ponction de moelle osseuse (myélogramme), afin de confirmer que Bliss réussit effectivement à réduire la douleur. « Elle nous a dit n'avoir rien senti et avait un grand sourire en nous racontant son expérience », raconte Mélanie Peron. Mieux : Bliss n'entraîne pas d'effets secondaires, contrairement au gaz hilarant, utilisé pour les traitements antidouleur, et ne nécessite donc aucune médication.

270 000 euros nécessaires pour développer Bliss en France

L'avenir de Bliss semble prometteur. Car la première étude clinique a démontré que le système était à même d’améliorer sensiblement le quotidien des patients, débarrassés d’une part de leur anxiété, et ressentant moins la douleur. Les possibilités de développement sont tangibles. A titre indicatif, la clinique du Dr Bourgeois reçoit 2 500 nouveaux cas de patients atteints de cancer chaque année, et l'on compte plus de 800 établissements hospitaliers en France. Pour l'instant, les concepteurs du projet se concentrent sur le cancer, mais l'on peut facilement imaginer des usages aux urgences, en pédiatrie, dans les services des grands brûlés, etc.

Pour pouvoir développer Bliss et le proposer à l'échelle nationale, l'entreprise l'Effet Papillon espère rassembler la somme de 270 000 euros. Cette somme servirait notamment à développer le site Web de Bliss ; à améliorer la qualité du son de l'application ; et surtout à créer quatre environnements sur casque de réalité virtuelle et sur tablette avec des versions multi-utilisateurs pour échanger et communiquer avec ses proches.

Depuis 2012, Mélanie Peron a participé à de nombreux prix ou évènements rassemblant scientifiques et investisseurs en France comme à l'étranger. On peut citer la conférence TEDx Montpellier de 2012, le congrès HIMSS de Chicago en février 2015 et sa participation au Prix de la Fondation Cognacq-Jay en décembre 2016, durant laquelle l'Effet Papillon a été nominé dans la catégorie Accélération et a obtenu un petit coup de pouce de 2 000 euros.

Parallèlement, une campagne de crowdfunding a été lancée sur le site participatif KissKissBankBank en mai 2016. L'opération a rapporté 25 537 euros en soixante jours, réunissant 332 contributeurs du monde entier. « Mis à part cela, nous ne bénéficions d'aucun soutien ni de partenariat financier pour nous accompagner dans la poursuite du développement de Bliss », explique Mélanie Peron. Dans les mois à venir, l'application sera testée auprès de différents services hospitaliers à travers le territoire en espérant que les directions d'hôpitaux et cliniques soient intéressés et le proposent à leurs patients. L’Effet Papillon souhaite également travailler en partenariat avec les mutuelles pour que Bliss puisse faire partie de l'offre de base de services – au même titre que le service TV ou Internet – et ainsi permettre au plus grand nombre de bénéficier des bienfaits de la réalité virtuelle, histoire de mettre tant que faire se peut la douleur de côté.

La présentation HD de Bliss, « solution mobile de Réalité Virtuelle à visée thérapeutique », sur Vimeo.