Mutum : les paradoxes d’une économie du partage

Faire profiter les autres des objets que l’on n’utilise pas ou peu pourrait limiter 
la production et la consommation de biens et renforcer les liens de proximité C’est le pari de Mutum, une plateforme numérique gratuite dédiée au partage. L’objectif : construire un autre type de vivre-ensemble. Une ambition qui demande un modèle de financement la fois pérenne et compatible avec le caractère solidaire du projet. Les analyses de cet article du numéro 2 de la revue Visions solidaires pour demain, écrit en octobre 2017, restent d’autant plus d’actualité que le projet a été mis en liquidation fin 2017, qu’il a été repris et que les deux fondateurs sont partis, l’un dès 2018, l’autre début 2019.

 

Pour en savoir plus

Quelques données en plus: 

En septembre 2017, au moment de la rédaction de l’article, Mutum affichait 68 800 « voisins engagés » et 113 000 « objets disponibles ».
En avril 2019, après le départ des fondateurs et avec une équipe réduite, Mutum affiche 81 658 « voisins engagés » et 153 682 « objets disponibles ».